La communauté des photographes du Quebec
Rejoignez Quebecphotos !
Inscription rapide et gratuite
Login-fb-fr

Formulaire d'inscription

cgu

Connexion simplifiée

Vos données restent strictement confidentiellesLogin-fb-fr
Créer une nouvelle discussion dans : Editoriaux
Ce que je crois devient tendance en photographie et autre
Ce sujet comporte 18 réponses et a été vu 860 fois.
Avatar
Post créé par
ALEICABABA
Avatar
, , inscrit le 06-06-12

Equipement

1975208020
Nikon D800
lundi 31 décembre 2012
0
Répondre

Je n'ai aucun doute de ta valeur ajouter Richard.

Mais les temps change vraiment et je pense que le photographe de mariage va devenir deplus en plus marginal et seul une certaine élite utilisera ces services.

Avatar
richardj7
Avatar
, , inscrit le 18-05-05
L’imagination est plus importante que le savoir. Einstein
lundi 31 décembre 2012
0
Répondre

ALEICABABA a dit
Je n'ai aucun doute de ta valeur ajouter Richard.

Mais les temps change vraiment et je pense que le photographe de mariage va devenir deplus en plus marginal et seul une certaine élite utilisera ces services.
Oui, sans doute, mais comme tout changement apporte des solutions créatives, quelqu'un quelque part va penser à quelque chose qui va révolutionner la photo de mariage et il va empocher de gros sous. Il faut sortir de la boîte de pensée séquentielle et logique pour trouver une solution.

Avatar
VORTAC
Avatar
Membre régulier , , habite à Montréal, inscrit le 07-08-07
mardi 01 janvier 2013
0
Répondre

Quel beau sujet! En effet, que sera la photo dans 25 ans? Il va de soit que nous avons toute notre petite théorie conformément aux expériences que vous vivions. :)

Il y a quelques années, le fossé était démesuré entre celui qui tenait un Kodak 110mm avec un flash à cube par opposition au professionnel bien armé de son reflex. Qui pouvait réellement rivaliser avec celui qui en avait pour plusieurs centaines de dollars d’équipement dans son sac?

Cette distance entre les deux mondes a considérablement réduit au fil des dernières années avec l’irruption du mode numérique. Je me souviens du jour où les photographes dans les salles de nouvelles commençaient à discerner la flexibilité des images numériques. Fini le temps de courir pour faire développer à temps pour l’édition du demain. Un simple fichier pouvait-être expédié en quelques secondes. Ça valait de l’or!

Bien que l’image numérique de la première génération n’avait rien de l’image d’aujourd’hui, la période de transition ne s’est pas fait sans heurts, plusieurs expérimentés préférant encore et toujours les boîtiers argentiques, ceux qui avaient fait leurs preuves sur le terrain.

Depuis deux ans, la miniaturisation guide désormais le grand public, assoiffé par la prise d’images sur le vif. La mobilité et l’instantanéité sont venues à bout du mot souvenir, associé depuis des lunes au monde de la photographie. L’histoire est éphémère, tout comme les images enregistrées. On aime répéter, engendrer les gestes les plus fous et les capter en direct. Et pourquoi ne pas se servir des images des autres pour meubler notre petit chez nous virtuel?

Personnellement, je vois ça de cette façon : il y a un premier groupe de photographes, soit 1/3 des gens qui se contentent fort bien de l’image standard. Il y a 1/3 qui adorent raffiner leurs clichés et 1/3 qui sont de niveau expert (dont ceux et celles qui gagnent leur vie dans ce domaine).

L’arrivée d’appareils musclés, prêts pour la guerre, avec lesquels nous pouvons gérer du bout du doigt les recettes fondamentales de la photographie permet maintenant à quiconque d’exprimer son art avec brio. À mon avis, c’est le deuxième tiers qui a suivi cette vague technologique foudroyante. Les fabricants ont eu assez de flair pour encenser copieusement leur produit. Et si l’impensable se matérialisait? Et s’ils arrivaient à nous présenter un nouveau joujou tous les 14 mois? Un rêve?

Ce groupe d’amateurs s’est lentement fondu dans le sillon des experts en délaissant les compacts pour acquérir des boîtiers de haut niveau, désirant imiter avec raison les grandes performances des pros. D’où l’émergence de talent qui s’est mis à empiéter sur les acquis des plus expérimentés. Évidemment, lorsque tu as 2/3 des gens qui prennent des photos, ça laisse des fragments pour ceux du dernier rang, ce que personne n’avait prévu dans les années 80.

Cela n’a pas fait que des heureux. Combien se sont cogné le nez en découvrant qu'il ne s'agissait pas que du boîtier parfait et d’une lentille à 2000 $, mais que c'est un art qui demande connaissances, habilités, cr��ativité, anticipation et patience?

À l'aube d'une nouvelle année et voilà que l’appareil photo se métamorphose de nouveau avec nos cellulaires, avec les tablettes et autres petits outils mobiles. D’un coup, c’est comme si tout ce qui est lourd et gros n’est plus à la mode. C’est à se demander si ce n’est pas encore ce 1/3 du centre qui n’est pas en train de glisser vers leur position d’origine, soit d’y faire de la belle photo générale sans toute fois que celle-ci ne soit trop complexe.

Est-ce que la mort des appareils de haut niveau est prévue pour demain? Je ne crois pas. Le dernier tiers, ceux pour qui la photographie est un défi continuel, sera existant pour encore longtemps. Il y aura de nouveaux adeptes de ciels étoilés, de sport à grande vitesse, de conditions lumineuses atroces, des images qui se trouvent encore sur le chemin des appareils de haute qualité.

Bonne et heureuse année 2013!

:D

Avatar
barabe
Avatar
Membre régulier , , inscrit le 31-01-09
Martin Barabe http://www.flickr.com/photos/barabe/
mardi 01 janvier 2013
0
Répondre

Je crois aussi qu'un bon photographe aura toujours sa place et tirera son epingle du jeux. Si on prends les marriages en exemple, si on desire avoir un contrat, il faut avoir un portfolio solide. J'ai pour ma part lors de mon marriage fait le tour du salon des marries et verifier quel etait le photographe qui pouvait me procurer les photos que je desirais au travers de leur portfolio. J'en ai trouver un et ensuite on a parler prix. Ca m'a couter plus de 3000$ mais j'ai des souvenirs parfaits. Je ne crois pas que j'aurais fait confiance a photographe amateur comme moi.

Meme en tant q'amateur, je reussis a rentabiliser mes equipments ou du moin couvrir mes depenses en photo. je fais de petits contrats payants de temps a autres. Pour moi la vente d'une photo pour un magasine est plus payante qu'un marriage. ( ca n'arrive pas tres souvent mais ca arrive). Je ne crois pas que M. Mme tout le monde poura reussir a avoir des photos dans des magasine en les faisant avec un iPhone.

Je n'ai pas de besoin de la photo pour vivre mais c'est une passion que je souhaite aprofondir.

Avatar
richardj7
Avatar
, , inscrit le 18-05-05
L’imagination est plus importante que le savoir. Einstein
mardi 01 janvier 2013
0
Répondre

Bravo pour la vente de photos dans un magazine. Je l'ai fait 2 fois pour un magazine de luxe et j'ai eu 250$ pour 4 heures de travail plus les traitements et expédition des photos, un autre 2 heures. Je crois qu'un mariage peut être plus payant que des photos de magazine, si le prix est adéquat.

Avatar
Mortagne
Avatar
, 35 ans, , habite à Verdun, inscrit le 21-02-08
Mortagne - www.mortagne.info
Celui qui ne fait pas plaisir en arrivant fait plaisir en partant! (Proverbe Breton)

Equipement

Eos_5d_mark_iii_default_tcm79-932815
Canon EOS 5D Mark III
mardi 01 janvier 2013
0
Répondre

malheureusement, ce que je trouve le plus difficile c'est de "valoriser le travail contre rémunération"

Que veux-tu répondre à un couple qui va se marier ... et même si tu présente le portfolio et qu'ils voient la qualité de ton travail ... " en ... tu demandes XYZ $, mon cousin me le fait à ABC$" ... comme Richard le dit, mon prix c'est ca et salut bye.

Et c'est la même chose dans d'autres domaines de la photos. Dans les choses ... c'est la même chose .... et en plus, on reste avec l'ancienne mentalité ... En général, il va y avoir 3-4 photographes des grands médias et le restant ce sont des Web Magazines et dans ce style là. Pour les grands journaux ... en général, il vont faire les 2-3 premières tounes ou les 15 premières minutes .... et il quitte dû à l'heure de tomber. Mais pour les autres, qui dans la majorité des cas sont des bénévoles ... on est régie à la même règle des 2-3 premières tounes ou les 15 premières minutes. Mais pourtant c'est tellement pu la réalité. mais le bonhomme dans la salle avec son cell ou son compact ou même son reflex ... il peut prendre des photos sans problème.

Et autant que la photographie de qualité est de retour. Il y a tellement de pollutions photographes avec (Instagram, FB, Twitter, etc...) que la photo de qualité reste quand même rechercher. Il y a un créneau pour ca c'est certain. Cependant ... ce qui est réellement plus difficile c'est de se démarquer de l'ensemble. Car effectivement, il y a du sacré bon talent tout partout!!!

Avatar
barabe
Avatar
Membre régulier , , inscrit le 31-01-09
Martin Barabe http://www.flickr.com/photos/barabe/
mercredi 02 janvier 2013
0
Répondre

J'ai pas les nerfs assez solide pour faire du marraige, j'ai essayer...

Avatar
richardj7
Avatar
, , inscrit le 18-05-05
L’imagination est plus importante que le savoir. Einstein
jeudi 03 janvier 2013
0
Répondre

On parlait de budget photo. Voici un exemple de contrebalancier extrême. :
http://ca.shine.yahoo.com/-150-million-dowry-for-chinese-businessman%E2%80%99s-daughter-204344553.html

Avatar
Boug
Avatar
Membre régulier , , inscrit le 24-10-09
jeudi 31 octobre 2013
0
Répondre

richardj7 a dit
On parlait de budget photo. Voici un exemple de contrebalancier extrême. :
http://ca.shine.yahoo.com/-150-million-dowry-for-chinese-businessman’s-daughter-204344553.html


Ouf... Je serais curieux de savoir combien il paye ses employés qui travaille sa céramique... Je trouve ça d'une tristesse...