La communauté des photographes du Quebec
Rejoignez Quebecphotos !
Inscription rapide et gratuite
Login-fb-fr

Formulaire d'inscription

cgu

Connexion simplifiée

Vos données restent strictement confidentiellesLogin-fb-fr
Créer une nouvelle discussion dans : Editoriaux
LEÇON UN: La loi de la ligne droite pour obtenir plus rapidement ce que vous voulez
Ce sujet comporte 17 réponses et a été vu 2539 fois.
Avatar
Post créé par
Seb
Avatar
Seb
, , inscrit le 09-07-08
- Dire à un photographe que sa caméra prend de belles photos, c'est comme dire à un guitariste que sa guitare fait de belles mélodies
vendredi 18 juin 2010
0
Répondre

richardj7 a dit
Je crois que ça peut aider, non seulement pour la photographie...:)


Absoluement. Merci Richard. T'es une mine de diamants. :bow:

Seb

Avatar
Fili
Avatar
, , inscrit le 13-06-08
...mon Nikon est une boîte à surprises :D http://www.pbase.com/filigraphie
vendredi 18 juin 2010
0
Répondre

richardj7 a dit
...Pourquoi ça ne marche pas toujours? Les distractions, les changements ou manque de priorités, la superstition, surtout d'avoir quelque chose simplement en le désirant et surtout l'inaction ou la répétition des mêmes gestes en espérant que les résultats vont être différents. Aussi, la valorisation des mauvaises choses et les croyances limitantes ou désuètes. Tous des obstacles qui peuvent se surmonter relativement facilement quand on en prend conscience comme point de départ.

Si ce sujet vous intéresse, je vais continuer, sinon, c'est déjà une bonne leçon...:)

après réflexion, c'est plus facile et motivant quand c'est quelque chose que je désire vraiment...si c'est une ''obligation nécessaire'' (par exemple ma remise en forme que je reporte de mois en mois ) toutes les raisons sont bonnes pour faire autre chose... trop fatiguée, pas le temps, trop occupée bla bla bla .....je ferai un plan d'action quand j'aurai le temps (ha ha je blague !)...sérieusement, je change d'horraire de travail dans deux semaines et j'ai commencé mon ''plan de match'' pour intégrer des périodes d'exercice dans ma routine quotidienne

p.s : le sujet m'intéresse et j'ai hâte de lire la suite !....merci encore de partager !!!

Avatar
richardj7
Avatar
, , inscrit le 18-05-05
L’imagination est plus importante que le savoir. Einstein
vendredi 18 juin 2010
0
Répondre

PIERREG a dit
J'ai essayé cela une fois la ligne droite et je suis entré dans le parcomêtre !!!

Donc, ma devise....il faut regarder devant et ajuster son chemin selon les obstacles de la vie... :)

PS: Est-il important d'obtenir rapidement ce que l'on désire?...je ne crois pas....

Le degré de croyance détermine souvent la rapidité de la réalisation de ses objectifs auquels on tient vraiment. C'est une question de choix personnel....:)

Avatar
richardj7
Avatar
, , inscrit le 18-05-05
L’imagination est plus importante que le savoir. Einstein
vendredi 18 juin 2010
0
Répondre

Fili a dit
après réflexion, c'est plus facile et motivant quand c'est quelque chose que je désire vraiment...si c'est une ''obligation nécessaire'' (par exemple ma remise en forme que je reporte de mois en mois ) toutes les raisons sont bonnes pour faire autre chose... trop fatiguée, pas le temps, trop occupée bla bla bla .....je ferai un plan d'action quand j'aurai le temps (ha ha je blague !)...sérieusement, je change d'horraire de travail dans deux semaines et j'ai commencé mon ''plan de match'' pour intégrer des périodes d'exercice dans ma routine quotidienne

p.s : le sujet m'intéresse et j'ai hâte de lire la suite !....merci encore de partager !!!

Par expérience, comme coach personnel, j'ai remarqué la différence entre le désir de faire une chose ou d'obtenir quelque chose et la croyance de son importance de le faire ou de l'avoir.

On peut désirer un tas de choses, mais si on ne croit pas qu'elles soient vraiment utiles, on baisse ses chances de les avoir.

Une des embûches de la planification des activités, ce que je préfère nommer « planification des comportements », c'est que si on tente de faire un changement de comportement - par exemple « faire de l'exercice pour faire une remise en forme », le changement peut n'être que temporaire, car la croyance qui s'y rattache n'est pas assez forte pour maintenir la motivation nécessaire pour continuer.

Si quelqu'un croit dur comme fer que la santé est primordiale et que la forme physique en est l'indice incontestable, il y a plus de chance que ça fasse partie du quotidien. On parle, aussi, de priorité des valeurs et croyances qui sont souvent en conflits et qui peuvent nuire aux comportements choisis.

Le for intérieur n'est pas dupe des résolutions du Nouvel An ou durant d'autres périodes de l'année. Il teste contamment la résolution en présentant des choix qui confirment ou contredisent la résolution. « Est-ce que je fais de l'exercice ou si je fais d'autre chose plus importante pour l'instant? » Si l'exercice est mise de côté pour une autre activité assez souvent, la résolution tombe assez facilement.

En général, si une chose vaut vraiment la peine d'être faite, elle vaut la peine d'être faite maintenant. Sinon, elle peut succomber à toutes sortes de raisons pour la remettre dans le temps. On trouve toujours le temps pour faire les choses importantes - ou jugées importantes....:)

Avatar
Fili
Avatar
, , inscrit le 13-06-08
...mon Nikon est une boîte à surprises :D http://www.pbase.com/filigraphie
vendredi 18 juin 2010
0
Répondre

richardj7 a dit
Une des embûches de la planification des activités, ce que je préfère nommer « planification des comportements », c'est que si on tente de faire un changement de comportement - par exemple « faire de l'exercice pour faire une remise en forme », le changement peut n'être que temporaire, car la croyance qui s'y rattache n'est pas assez forte pour maintenir la motivation nécessaire pour continuer.

Si quelqu'un croit dur comme fer que la santé est primordiale et que la forme physique en est l'indice incontestable, il y a plus de chance que ça fasse partie du quotidien. On parle, aussi, de priorité des valeurs et croyances qui sont souvent en conflits et qui peuvent nuire aux comportements choisis.

cette fois-ci je suis décidée, équipée et motivée !!!.....mon alimentation est ''top niveau'' depuis plus de 20 ans, il est tant que j'en fasse autant pour ma condition physique. Ça ne sera pas facile mais je vais y arriver ...

Avatar
richardj7
Avatar
, , inscrit le 18-05-05
L’imagination est plus importante que le savoir. Einstein
samedi 19 juin 2010
0
Répondre

Tu veux dire plutôt, « Le moine et le lama: entretiens avec Frédéric Lenoir »?

Depuis l'âge de 14 ans, j'ai commencé à lire au sujet du Hatha Yoga, bouddhisme, zen bouddhisme, Eckhart Tolle, « The Power of Now » (aussi disponible en français), la Baghavad Gita, Le livre des Mormons, la Bible incluant la version d'Édouard Dhorme, Logsang Rampa, la Scientologie, le Coran, la motivation comme « Réfléchissez et devenez riche de Napoleon Hill », « Le chemin de la moindre résistance » de Robert Fritz avec une approche différente de la planification des objectifs tratidionnelle, et des douzaines de livres de même genre.

J'ai été initié à la méditation transcendantale, le Kriya Yoga de Yogananda, le Qan Yin, le Surad Shabd. J'ai été coaché pendant 1 an, tous les samedis matin avec un expert en « Masochisme Inconscient - la névrose de base » d'Edmund Bergler - les sources de l'auto-sabotage et de la recherche du rejet. Au niveau spirituel, l'auteur qui m'a le plus influencé est Ramana Maharshi avec deux questions qui remplacent beaucoup des réflexions philosophiques:
1) Qui suis-je?
2) Qui pose la question, qui suis-je?
Puis, aussi UG Krishnamurti (pas Jiddu Krishnamurti qui est plus connu que l'autre), mais UG qui a démystifié plusieurs illusions reliés aux religions et aux pseudos-spiritualité.

J'ai suivi l'atelier de Tony Robbins au Manhattan Center à New York, en 1981 où 700 personnes ont marché sur trois tapis de feu (moi inclut, sans me brûler les pieds) sur le trottoir à l'extérieur et j'ai aidé à vendre des billets quand il est venu à Montréal. J'ai même souper avec lui dans le Vieux Montréal. Est-ce que Tony Robbins a réussi? Il a aidé des centaines de milliers de personnes avec ses livres, ses ateliers et ses DVD.

À temps partiel, j'ai débuté à commercialisé différentes approches du succès en achetant une franchise de SMI - Success Motivation International, de Waco Texas, en 1971. Je suis devenu vendeur numéro un au Canada à vendre des cours sur cassettes et plan d'action. J'ai testé des douzaines d'approches - certaines bidons, d'autres efficaces. En 1980, j'ai découvert la PNL (programmation neurolinguistique). J'ai pris un cours de 24 jours avec John Grinder, un des fondateurs de la PNL, réparti sur 3 mois que j'ai utilisé immédiatement aux affaires.

J'ai pris d'autres cours incluant l'hypnose éricksonnienne, de Milton H. Erickson, un des piliers de la PNL. J'ai intégré certaines méthodes dans mes ateliers corporatifs. Le dernier atelier, je l'ai donné, ce matin (vendredi) pour des participants de la Ville de Montréal. J'ai donné des ateliers à travers le Canada, de Halifax à Vancouver plusieurs fois et 2 fois en France et dans 12 États américains différentes. Des milliers de personnes ont suivi mes formations en Leadership, supervision, gestion du temps, gestion des projets, communication verbale et non verbale, ventes, négociation, service à la clientèle, équipe efficace, gestion de la performance, planification stratégique, communication corporative.

J'ai aussi créé un atelier pour les célibataires dans les années '90, « Comment trouver et garder la personne idéale » dont 1 800 personnes ont assisté aux ateliers sur une période de 18 mois. Ça m'a permit de passer à 30 émissions de télévision et de radio dont une chronique que j'avais avec Danièle Ouimet, « Parlez-moi d'amour » qui jouait le samedi soir et ramassait 250 000 téléspectateurs. J'ai même jouer mon rôle de coach en donnant la réplique au comédien Denis Bouchard dans un film pour la télévision nommé « Le marché du couple. »

Je suis certifié en MBTI, Myers-Briggs Type Indicator, aussi. Mes clients corporatifs sont: CN, Banque Nationale, Bell Hélicoptère, Cessna, Lycoming, Grenlee, Rolls-Royce, Groupe AXA (France), Harley Davidson (France), CMC Esterline, la BDC, Shell, des communautés autochtones comme Fort Albany et Kashechewan, et des douzaines d'autres. Ça fait depuis 1983 que je suis à temps plein dans le domaine.

Avant, j'étais président d'une entreprises familiale d'estampage de métal qui avait 800 employés répartis dans 4 usines, dont 2 à Ville St-Michel, une à Ste-Anne des Plaines et à Smith Falls en Ontario. Nos clients étaient GM, AM General, DeHavilland, les gouvernements Canadien et Américain et plusieurs autres. J'ai commencé par balayer les planchers et mon père m'a fait travaillé partout avant que je devienne Vice-président, puis Président à sa mort en 1979. En 1983, j'ai décidé de changer de cap et je fais ce que je fais aujourd'hui, depuis.

Je continue toujours à faire des recherches parce que c'est intéressant et c'est une de mes passions. J'ai une bibliothèque à la maison qui pourrait faire une petite librairie.

Oui, c'est discutable - discutons-en...:)

Il y a plusieurs gens qui pensent (pensée magique) qu'en continuant de toujours faire les mêmes choses, ils vont avoir des résultats différents, même s'ils n'aiment pas les résultats qu'ils ont présentement.

À la base, je crois que si ce que tu fais fonctionne pour toi et te donne les résultats que tu veux avoir, ne change rien. Par contre, si d'autres personnes cherchent des solutions à leurs obstacles, ne les empêchent pas de les découvrir par eux-mêmes. Quand ils demandent de l'aide, aides-les si tu en es capable ou laisses-les trouver des personnes qui peuvent les aider. Nous n'avons pas tous la même manière de trouver des réponses. Par contre, il est rare que nous n'ayons pas les ressources internes pour nous aider à les découvrir. Parfois, ça ne prend qu'un petit coup de pouce ou de coaching...:)

Avatar
richardj7
Avatar
, , inscrit le 18-05-05
L’imagination est plus importante que le savoir. Einstein
samedi 19 juin 2010
0
Répondre

J'ai lu quelques extraits du livre. Ce n'est pas la première fois qu'on tente de lier spiritualité avec gestion d'entreprise. C'est noble tout ça, mais ça ne colle pas trop dans la réalité des entreprises ni dans les budgets de formation.

Pas grand place pour chanter « OM » avec des sourires de béatitude, en entreprise...:)

Pour ce qui est l'égo de l'expert, j'ai rarement rencontré quelqu'un qui réussit qui soit un tapis sur lequel les gens s'essuient les souliers...:)

Avatar
richardj7
Avatar
, , inscrit le 18-05-05
L’imagination est plus importante que le savoir. Einstein
samedi 19 juin 2010
0
Répondre

D'accord avec toi, qu'il y a toutes sortes de réussites: sociale, spirituelle, physique, intellectuelle, financière et familiale. L'égo joue à différents degrés dans chacun de ces secteurs de réussite. Parfois, l'égo pense qu'il doit être humble et voudrait que tous les autres égos soient humbles pour valider son propre état d'âme. L'égo se crée plusieurs états d'âme, dès le réveil de la conscience, le matin.

C'est aussi l'égo qui fait en sorte que même des moines bouddhistes se promènent dans le monde entier pour propager leurs croyances et écrire des livres, avoir des fidèles qui partagent leur philosophie. Le bouddhisme prêche la non-dualité. L'égo crée la dualité. C'est à en perdre son zen.

On généralise souvent, aussi, à mon égard, sans réellement me connaître....:)